Aston Martin DBS Vantage 1968

L’Aston Martin DBS 6 cylindres fut longtemps une mal-aimée : coincée entre les mythiques DB4, DB5 et DB6 d’un côté, et par ses déclinaisons V8 de l’autre, la première des DBS (et aussi la plus fabriquée de la série) faisait figure de parent pauvre. Aujourd’hui les choses ont bien changé, et certaines DBS L6 (les Vantage) s’échangent à des tarifs supérieurs aux versions à moteur V8.

Dès 1963, David Brown, propriétaire de la firme Aston Martin depuis 1947, réfléchissait à l’opportunité de produire une voiture à moteur V8. Il demanda donc à Tadek Marek de lancer l’étude d’un tel moteur tandis qu’Aston Martin se lançait dans le projet d’un coupé 2 portes 4 places qui viendrait se positionner au-dessus de la DB6.

Le mauvais démarrage de la DB6 inquiétait Brown, qui demanda alors à ses équipes ainsi qu’au carrossier Touring de plancher sur une remplaçante. Il fallait impérativement sortir une voiture d’allure moderne quand la DB6, au style très proche de la DB5, semblait dépassée.

Deux prototypes furent réalisés sur la base des dessins de Touring afin de tester les réactions du public aux salons de Londres, Paris et Turin 1966. Malgré tout l’intérêt de ces deux modèles, personne n’est réellement satisfait : ni les visiteurs, ni David Brown lui-même.

Touring, alors en difficulté financière, semblait peu propice à réaliser une voiture marquante pour Aston Martin, et Brown préféra faire appel à un nouveau designer plus à même de comprendre ses attentes : William Towns, tout juste arrivé chez Aston en provenance de chez Rover.

Pour le V8, il faudra attendre. En cette année 1967, il fallait se rendre à l’évidence, le moteur conçu par Marek n’était pas prêt. Testé en compétition, celui-ci avait cassé dès le premier tour. Pour fiabiliser ce nouveau bloc, il fallait du temps.

David Brown décida alors de changer de fusil d’épaule : en attendant que le V8 soit opérationnel, les DBS récupéreraient le fameux 6 en ligne de la DB6. Paradoxalement, dans sa configuration de base (282 chevaux, 4 litres), la DBS plus grosse et plus lourde s’avérait moins performante que la DB6 toujours produite (jusqu’en 1970).

Certes, Aston Martin s’était engagé volontairement dans le monde du Grand Tourisme plus que du sport, mais il restait une clientèle attachée à la performance. Aussi, on proposa dès le lancement de la DBS une option Vantage permettant, grâce à 3 carburateurs Weber double corps, de faire passer la puissance à 330 chevaux.

Cette DBS Vantage Matching numbers fût restaurée il y a quelques années et maintenu parfaitement depuis, le propriétaire actuel la possède depuis plus de 10 ans et a fait plusieurs milliers de kilomètres à son volant.

Scrupuleusement entretenue par des experts de la marque, elle fonctionne parfaitement.

D’importants documents d’origine et un  dossier de factures accompagne cette fabuleuse auto.

Dernière Aston Martin à porter les prestigieuses initiales DB, elle saura vous enchanter au fil des kilomètres.

Aucun frais à prévoir, elle est prête à vous conduire à son volent vers d’innombrables moments uniques.

Caractéristiques

Année : 1968

Carrosserie : Coupé

Couleur : Olive green

Énergie : Essence

Transmission : Manuelle 5 vitesses 

Cm3 : 4000 cm3

CV : 330